Morphée, où es-tu ?

Lorsque Nyx pointe son nez, c’est le signal de la fin d’une longue journée. On s’empare d’une certaine légèreté- c’est ce qu’on appelle l’intimité. Puis, on attend l’entrée en scène d’Hypnos et de Morphée.

La situation initiale & l’élément déclencheur

Toutefois la détente représentait pour moi, la pièce d’une arme à feu plutôt qu’une certaine sérénité. Ce moment de pure paix intérieure et de déconnexion virait constamment au cauchemar. C’était un tourbillon de diverses sensations et de pensées envahissantes. Je revivais en boucle la moindre faute futile du quotidien. C’était mon moment de « débriefing » insupportable dans lequel j’étais la grande fautive. Je m’en voulais de n’être pas à la hauteur de tout ce que j’entreprends. Pourtant, je gérais mon temps professionnel et celui des autres constamment et éternellement. C’est ainsi que j’ai passé le plus clair de mon temps à me mépriser lors du coucher. Et Hypnos a préféré me délaisser… Alors je me suis tournée vers Morphée, je l’ai attendu de nombreuses années. J’espérais qu’il me touche avec ses pavots soporifiques. Mais en réalité, il me frôlait à peine. Je crois qu’il ne passait même plus…

Les péripéties

Pourtant le sommeil favorise la compréhension; stimule la mémoire, les apprentissages; aide notre immunité et favorise le métabolisme. Une bonne nuit de sommeil se compose de 3 – 5 cycles de 90 minutes par nuit. C’est un moment de pur bonheur pour le corps et pour l’âme qui voyage de rêve en rêve. Durant mes séjours, je disais : « on va tellement bien dormir ! » En retour, j’avais le droit à une réflexion du type : « mais pourquoi dormir ? on est venu pour en profiter ! » En effet, on est ici pour profiter et pas pour glander sur un canapé…

Un jour dans un environnement étranger où je me sentais sereine, je me suis endormie profondément… et en prime : j’avais rêvé ! D’habitude, je fais des cauchemars ou des rêves un peu particuliers que j’arrive à interpréter. Là, j’étais comme posée sur une fleur de coton, un nuage… bref : le bonheur! Mon corps se sentait en sécurité, sereine et reposée… A ce moment-là j’ai réalisé que mes peurs, mon stress et, mes angoisses avaient pris le dessus sur mon sommeil. Il fallait absolument que je trouve la raison et une solution pour retrouver Hypnos et Morphée.

Le dénouement

C’est ainsi que j’ai décidé de débuter des séances d’hypnothérapie avec l’usage de l’hypnose humaniste. Après de longues recherches, j’ai compris que c’est ce qui conviendrait au mieux à mes attentes. Je souhaitais une thérapie qui révèle ce qui se passe dans mon inconscient, tout en gardant le contrôle sur mon corps. J’ai trouvé réponse à la raison de ce manque de sommeil : plusieurs traumatismes d’enfance qui se sont reflétés au fil du temps sur ma personnalité. Toutes mes angoisses, mes peurs et le stress infini avaient pris le dessus sur mon sommeil, mes rêves et mon bien-être.

Le corps ne réagit pas pour rien, il révèle ce qu’omet le cerveau. Dans le fond, mon inconscient me le signalait à sa manière. Ce dernier a été nocif, j’ai réagi lourdement aux post-traumas sans m’en rendre compte. A présent, j’essaye de l’écouter afin de trouver la source des problèmes et les cicatriser. Désormais, Morphée passe me caresser avec ses pavots et mon crépuscule s’installe profondément.

Photo de Erin Profaci sur Pexels.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s